News!

► Déclaration de Benoît Hamon
Benoît Hamon est aujourd’hui le seul, de par sa position centrale à gauche, capable de rassembler les électeurs et de faire gagner la gauche.
► Déclenchement du Brexit : remise de la lettre à l’UE
Nous devons porter un projet ambitieux pour une Europe sociale au service des peuples, afin que ceux-ci cessent de la rejeter.
► Trump a signé un décret remettant en cause les réglementations climatiques prises sous Obama
► Mise en examen de Pénélope Fillon
► Augmentation des demandes d’inscription sur la plateforme APB
Nous devons assurer des conditions d’études satisfaisantes et permettant la réussite de tous. C’est la raison pour laquelle nous ferons de l’enseignement supérieur et la recherche une priorité budgétaire, en y investissant un milliard d’euros supplémentaire par an.
► Assurance chômage : le patronat et les syndicats trouvent un accord
► La ville de Paris interdit les publicités sexistes et discriminatoires
Déclaration de Benoît Hamon
Benoît Hamon a réagi aujourd’hui à l’absence de respect de son engagement dont a fait preuve Manuel Valls.
A un moment où l’extrême-droite autoritaire et les complaisances avec les dictatures sont banalisées, la démocratie est la prunelle de nos yeux qu’il faut respecter à tous les moments, grands et petits, de la vie politique. La parole donnée, la parole signée, devant le peuple, doit être scrupuleusement respectée. Il a demandé aux citoyens de gauche de réagir en sanctionnant ceux se prêtant à ce jeu morbide, et de tourner le dos à cette vieille politique.
La gauche pour gagner doit se rassembler et j’appelle à ce qu’elle le fasse maintenant. J’ai déjà réuni autour de moi de grandes familles de la Gauche et des Ecologistes, j’appelle désormais tous le électeurs, ceux qui sont engagés dans la lutte contre les injustices. J’appelle les sociaux-démocrates intimement attachés au progrès social et à la démocratie, mais aussi le Parti communiste, les communistes et Pierre Laurent, les insoumis et Jean-Luc Mélenchon à réunir leurs forces aux miennes.
Benoît Hamon est aujourd’hui le seul, de par sa position centrale à gauche, capable de rassembler les électeurs et de faire gagner la gauche. La question n’est pas celle d’un vote refuge, d’un vote de témoignage, d’un vote d’élimination. La question est bien celle de la victoire, à portée de main, donc du rassemblement de toute la gauche pour gagner.
Pierre Laurent a répondu favorable à la main tendu de Benoît Hamon, proposant une réunion avec Benoît Hamon, Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et lui-même.
Déclenchement du Brexit : remise de la lettre à l’UE
L’ambassadeur du Royaume-Uni à Bruxelles a remis la lettre notifiant l’activation de l’article 50 du traité sur l’Union Européenne (TUE) au Conseil européen mercredi 29 mars 2017.
Une période de négociations va donc s’ouvrir, qui durera deux ans. Le 29 avril prochain, un sommet des dirigeants européens aura lieu afin de décider des orientations de ces négociations.
Ce que nous en pensons
► Élu Président de la République, Benoît Hamon veillera tout particulièrement à la défense des droits des français expatriés au Royaume-Uni.
► Notre responsabilité est désormais de nous tourner vers l’avenir et d’œuvrer à la relance du projet européen avec l’ensemble des Etats qui le souhaitent. Benoît Hamon en appelle donc à un grand arc des gauches européennes qui servira de moteur à une Europe plus intégrée et plus solidaire.
► Le Brexit a également démontré que le fonctionnement actuel des institutions ne parvenait plus à traduire les aspirations des peuples et que l’Union pouvait disparaître si elle renonçait à incarner un progrès aux yeux des européens.
Trump a signé un décret remettant en cause les réglementations climatiques prises sous Obama
Donald Trump avait déjà annoncé sa volonté de « mettre fin à la guerre contre le charbon ». Il vient donc de signer le décret sur « l’indépendance énergétique » qui prévoit le réexamen de la mesure phare du bilan environnemental de Barack Obama : le « Clean Power Plan ». Celui-ci impose aux centrales thermiques des réductions de 32% de leurs émissions de CO2.
Le Président américain a justifié cela par le fait qu’ainsi, l’EPA (agence de protection de l’environnement) pourra se concentrer sur la protection de l’air et de l’eau.
Le décret en question supprime également plusieurs décisions de Barack Obama liées au climat, notamment l’interdiction de nouvelle exploitation de charbon sur des terres fédérales. La Chambre de commerce américaine a salué la remise en cause du plan d’Obama.
Ce que nous en pensons
► Outre le fait qu’il est de notoriété publique que Donald Trump est climato-sceptique, ce décret constitue une aide précieuse aux lobbies des énergies fossiles. D. Trump a par ailleurs expliqué qu’il aimait les mineurs de charbon et qu’il souhaitait produire du charbon américain pour faire fonctionner les entreprises américaines.
► Ce décret n’est pas rassurant quant à la volonté de D.Trump de respecter l’accord de Paris COP 21. Dans un contexte où l’urgence climatique est indéniable, que les États-Unis remettent en question une orientation mondiale est dangereux. Les États-Unis, cela correspond à l’émission de plus de 5 milliards de tonnes de CO2 par an, soit devant l’Union Européenne (3,4 milliards) ou l’Inde (2,4 milliards).
► Surtout, aujourd’hui, le pétrole représente 40% des émissions de CO2 des États-Unis. Et le charbon plus de 30%. Quelle irresponsabilité de la part de D.Trump.
Mise en examen de Pénélope Fillon
Pénélope Fillon a été mise en examen pour complicité et recel de détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de bien sociaux et recel d’escroquerie aggravée.
L’enquête à son encontre porte sur ses possibles emplois fictifs à l’Assemblée Nationale et à la « Revue des deux mondes ».
Ainsi, les périodes concernées sont :
► 1986 à 2013 à l’Assemblée Nationale
► Mai 2012 à décembre 2013 à la Revue des deux mondes
Ce que nous en pensons
► Une mise en examen supplémentaire dans l’entourage de F.Fillon : le candidat lui-même, son ancien suppléant à l’Assemblée Marc Joulaud et maintenant sa compagne.
► Pendant plus d’1 an, Peneloppe Fillon a eu 2 emplois à temps plein. Pas surprenant que François Fillon soit contre les 35 heures.
► Quoiqu’il advienne, ces affaires ont assez duré. Nous ne commentons pas les affaires judiciaires en cours et laissons la justice agir car nous lui faisons confiance. Cela ne sert à rien d’attaquer tout azimut la justice, les médias, le Président de la République et son supposé cabinet noir.
► Nous voulons combattre un projet qui est dangereux pour notre modèle social, notre cohésion. Sur le fond, nous sommes en total désaccord avec François Fillon et nous faisons tout ce qu’il est nécessaire de faire afin de le battre. Car Benoît Hamon est l’anti-fillon par excellence. Benoît Hamon ne reprend pas des thèses sur la libéralisation du marché du travail pour faire plaisir à une certaine franche de l’électorat. Face à la droite extrême et à l’extrême-droite, nous devons porter une imaginaire collectif puissant.
Augmentation des demandes d’inscription sur la plateforme APB
Selon des chiffres publiés mardi par le ministère de l’éducation, 853 262 candidats ont formulé au moins un vœu sur la plate-forme Admission post-bac, soit 5 % de plus qu’en 2016.
Le ministère précise que l’attractivité des filières universitaires « se confirme » : les demandes d’admission en licence sont en hausse de 13,6 % par rapport à 2016 (hors Paces, la première année commune d’études de santé, menant au concours de médecine). Pour l’instant, 38 % des candidats (dont 53 % des élèves de terminale) ont inscrit en premier vœu une année de licence.
Cette situation inquiète les présidents d’université et l’UNEF quant aux moyens dont disposeront les établissements pour accueillir ces nouveaux étudiants. Les 100 millions d’euros supplémentaires investis à la rentrée 2016 n’ont pas suffi à endiguer la crise budgétaire des universités. Plus de 9 universités ont voté un budget en déficit cette année.
Ce que nous en disons 
► C’est une bonne nouvelle que davantage de jeunes accèdent à l’enseignement supérieur dans notre pays. L’augmentation du niveau de qualification est non seulement un enjeu de protection sociale pour les jeunes face au risque de chômage, mais aussi un enjeu économique pour la France.
► Nous devons assurer des conditions d’études satisfaisantes et permettant la réussite de tous. C’est la raison pour laquelle nous ferons de l’enseignement supérieur et la recherche une priorité budgétaire, en y investissant un milliard d’euros supplémentaire par an. Nous réformerons les premiers cycles pour éviter l’orientation par défaut et démocratiser la réussite : synergies entre lycées et enseignement supérieur, accueil des bacheliers pro et techno en STS et IUT facilité, cours en amphi supprimés en première année, spécialisation disciplinaire plus progressive, pédagogie rénovée.
Assurance chômage : le patronat et les syndicats trouvent un accord
En négociation sur la question de l’Unédic, syndicats et patronat sont parvenus mardi 28 mars à un compromis : il y aura une hausse générale, mais temporaire, de la cotisation patronale de 4% à 4,05%, en contrepartie d’une baisse équivalente des cotisations AGS (régime géré par les entreprises et chargé de verser aux salariés d’entreprises en difficulté leurs salaires et indemnités de licenciement). Le Medef a par ailleurs accepté de conserver pendant dix-huit mois la surtaxation sur les CDD courts, dits « CDD d’usage », répondant ainsi à une demande des syndicats.
Si Bernard Cazeneuve a salué un « accord responsable », illustrant les vertus du « compromis » et de la « démocratie sociale », M. Denis Gravouil (responsable CGT) y voit lui des avantages pour le patronat, dont le fait que la hausse de cotisation est limitée dans le temps alors que la baisse sur les cotisations AGS est elle pérenne.
Ce que nous en disons
► Contrairement à François Fillon qui veut réduire fortement la marge de manœuvre des syndicats, ou à Emmanuel Macron qui veut étatiser l’Unédic, Benoît Hamon fait confiance aux partenaires sociaux pour prendre les décisions qui concernent directement les salariés d’entreprise.
La ville de Paris interdit les publicités sexistes et discriminatoires
Mardi 28 mars, à l’occasion du vote attribuant au groupe JC Decaux, seul candidat, le marché du mobilier urbain d’information, le Conseil de Paris a décidé que le réseau municipal d’affichage ne comporterait plus aucune publicité sexiste ou discriminatoire.
Il s’agissait d’une proposition du groupe communiste, formulée alors que des affiches de la marque Yves-Saint-Laurent ont récemment fait polémique, accusées de véhiculer une image « dégradante » de la femme.
Dans un communiqué, Anne Hidalgo s’est ainsi réjouie que Paris prenne place « aux côtés de villes comme Londres et Genève, qui ont déjà mis en place des dispositifs de contrôle comparable ».
Ce que nous en disons
► Benoît Hamon salue la décision du Conseil de Paris qui s’inscrit pleinement dans sa logique (à laquelle répond notamment la création d’un corps de contrôle anti-discrimination). Dans la République bienveillante à laquelle nous aspirons, aucun citoyen ne se sentira visé ou discriminé en fonction de son sexe, de son âge, de sa religion, de sa couleur de peau, de sa condition physique, ou de quelque autre distinction que ce soit.